La Révolution numérique semble percuter frontalement le critère même du droit
du travail, créé lors de la Révolution industrielle pour l’usine militaro-industrielle
organisée sur le modèle Ford-Taylor avec son tout collectif grace à son unité de lieu, de temps et d’action: « la subordination juridique permanente », qui fait d’un actif un salarié protégé par le droit du travail.

Conçu pour des travailleurs manuels d’exécution, ce droit avec obligation de moyens et décompte minute par minute de la durée du travail a aujourd'hui de grandes difficultés à s’adapter à l’explosion du cadre spatial, temporel et organisationnel de nombre d’entreprises.

Comment imaginer l'adaptation nécessaire du droit de travail?  Jean-Emmanuel Ray, professeur de droit privé à l’Université Paris I - Sorbonne analyse et propose dans son article "Nouvelles formes du travail et de protection des actifs. Travail et droit du travail de demain. Autonomie, sur-subordination, sub-organisation ?"

Werp een gouden brug voor je vijand om hem te helpen vluchten.
Sun Tzu